01/09/2008

Signer son travail en petite section

Dernier article sur la reconnaissance des prénoms : Comment signer son travail

Cet article s'applique aux classes de petite section et moyenne section

J'ai découvert la petite section après avoir enseigné en classe unique maternelle, et en moyenne-grande section. Les premiers temps, j'ai été déroutée par la rapidité avec laquelle passaient les journées.

Écrire le nom sur chaque production des élèves était l'une des choses les plus exigeantes en temps (on passe quelques fois plus de temps à écrire les prénoms que le groupe d'élèves n'en a passé lui-même à réaliser sa fiche !)

Au fil des mois, j'ai fini par procéder par "cadres-prénoms". Gain de temps évident, et apprentissage accéléré de son prénom :

Mise en oeuvre des cadres-prénoms :

  • En début d'année scolaire, je réalise des cadres (format A4 vertical et horizontal) dans lesquels j'inscris la liste des élèves. (En PS - TPS, un groupe d'élèves par tranche d'âge).
  • J'adapte la taille de la fonte et l'écart entre les prénoms pour avoir seulement deux lignes ou une seule colonne. J'écris le plus gros possible, tout en respectant les contraintes décrites ci-dessus.
  • Si je prépare mes fiches d'exercices sur ordinateur, j'y insère directement le cadre correspondant, avant la sortie imprimante.
  • Si je passe directement à la photocopieuse, j'ai toujours en réserve dans la classe quelques exemplaires de cadres découpés. J'en fixe un avec de la gomme-fixe sur la feuille avant photocopie.

En début d'année :

Les élèves ne savent pas reconnaître leur prénom. J'utilise malgré tout les cadres dès la rentrée, mais c'est moi qui entoure leur prénom (beaucoup plus rapide que de l'écrire).

A force de me voir faire, et surtout grâce aux exercices de reconnaissance des initiales et des prénoms, les élèves repèrent rapidement leur prénom dans le cadre. Les premiers temps, je leur demande de poser le doigt dessus et d'attendre que je leur donne mon feu vert pour signer eux-mêmes leur fiche.

Certains ne reconnaissent pas vraiment leur prénom mais mémorisent sa place dans le cadre (premier, dernier...). Aucune importance : mon but est de rendre les élèves autonomes le plus tôt possible, et tant pis, s'ils biaisent et usent d'indices qui ne relèvent pas de la lecture. Il sera toujours temps de retravailler ça plus tard.

Parfois, les élèves sont capables de localiser leur prénom, mais incapables de l'entourer. Là encore, aucune importance : ils peuvent gribouiller leur prénom. (Mais pas question de gribouiller si l'on est capable d'entourer !)

Les élèves ont toujours à disposition leur étiquette-prénom de référence pour comparer et retrouver leur prénom.

Lorsque (presque) tous les élèves sont capables d'entourer leur prénom... on augmente la difficulté

  • Je refais des cadres plus petits, avec de plus petites fontes
  • Je change l'ordre des prénoms dans le cadre
  • Je multiplie les fontes
  • Je rajoute des prénoms dans le cadre (ex : réunir deux groupes en un seul).

Chaque modification des cadres doit être clairement annoncée et expliquée. On décrit le changement, la nouvelle difficulté. La première fois que l'on présente une nouvelle version des cadres, proposer une fiche par ailleurs très simple (ex : un coloriage) pour ne pas multiplier les difficultés.

En fin d'année :

Je garde en réserve plusieurs cadres (ordre des prénoms variables et fontes différentes). Terminé, les habitudes ! Les élèves ne sont plus systématiquement prévenus des changements et doivent être capables de s'adapter à une nouvelle présentation.

Remarques :

Il est possible de procéder de la même façon en utilisant un signe plutôt qu'un prénom.

Dans la même démarche, pour gagner du temps et rendre les élèves autonomes, il m'arrive souvent de préparer à l'avance les feuilles de peinture, dès que les élèves reconnaissent leur nom. On inscrit derrière chaque feuille vierge le prénom de chaque enfant. Les feuilles sont étalées par terre ou sur une table, prénom visible. Pour accéder au coin-peinture, l'élève doit d'abord trouver sa feuille seul.

De temps en temps, on peut préparer ces feuilles (l'enseignant ou l'ATSEM) durant l'accueil et dans la classe : les élèves voient les prénoms se former, s'amusent à les reconnaître... Et comment donner envie à un élève d'écrire s'il ne voit jamais aucun adulte écrire lui-même ? )

(Un exemple de cadre-prénom en début d'année)

(Un exemple d'insertion du cadre-prénom dans une fiche)
Voir les autres articles sur le thème du prénom : ICI

6 commentaires:

  1. Fabuleux ! Quelle bonne idée, d'ailleurs il n'y a que ça sur ce site ! Moi qui ne savais pas quoi faire avec mes PS (j'ai aussi des MS et des GS...32), je déborde d'activités désormais. Merci beaucoup !

    RépondreSupprimer
  2. j'adore cette idée! C'est intéressant aussi en début de MS.
    J'avais déjà décidé d'adopter le principe du petit train des présences, voila une nouvelle bonne idée pour une débutante en PS!

    Merci et bravo pour votre travail

    RépondreSupprimer
  3. Géniale cette idée des prénoms!!!!!! merci infiniment je l'adopte dès lundi avec mes petits!!! :)

    RépondreSupprimer
  4. OUF! Une solution! J'en pouvais plus de courir d'une table à l'autre avec mon crayon et souvent mal écrit car trop vite!
    merci

    RépondreSupprimer
  5. Grand merci pour cette foison d'idées et de conseils bien rassurant pour le grand saut en maternelle

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour cette chouette idée je vais tester!!

    RépondreSupprimer

Un petit mot à dire? C'est ici...
Merci de la visite et à bientôt!